Sangliers en vadrouille nocturne.

Incroyable, mais vrai : deux sangliers adultes qui devaient peser dans les 80 kilos ont été filmés ce lundi soir, en plein centre-ville de Montpellier : à 23h15, ils ont été immortalisés, alors qu’ils vadrouillaient sur l’Esplanade Charles de Gaulle, entre la place de la Comédie et le Corum !

- PUBLICITÉ -

Le Groupe Media Métropolitain diffuse la vidéo depuis hier soir, en exclusivité sur ses pages Facebook, son site Web et son application. À 14h, ce mardi, elle affiche 300’000 vues…

Deux agents de sécurité d’une société montpelliéraine qui se trouvaient en intervention, après le déclenchement d’une alarme, ont eu la surprise d’apercevoir les deux sangliers en ce lieu inattendu. L’un d’eux a eu le réflexe de les filmer, alors qu’ils traversaient le boulevard Sarrail, à la hauteur du centre Rabelais, avant de perdre leur trace.

Des policiers en chasse

« Oh, Mon Dieu ! » ne peut s’empêcher de lâcher l’agent de sécurité, en même temps qu’il réalise la vidéo, pour la transmettre dans la foulée à Métropolitain : mise en ligne à 23h45 hier, elle a immédiatement suscité des milliers de clics et des centaines de commentaires. Ce matin, elle fait encore le buzz.

Hier soir également, une automobiliste arrêtée à un feu rouge, sur les quais du Verdanson, vers la route de Nîmes, a cru avoir la berlue en voyant les deux sangliers s’engager tranquillement pour traverser la chaussée. Un spectacle insolite auquel elle ne s’attendait pas en plein centre de la ville.

Des patrouilles de policiers de la Sécurité publique et de la municipale ont été engagés pour tenter de localiser les deux mammifères omnivores, dont leur présence dans une rue de l’Écusson représentait un risque, dans la mesure où ils peuvent charger s’ils croisent des piétons d’un peu trop près. Une chasse aux sangliers insolite pour les policiers.

Dans les quartiers périphériques

Ce n’est pas la première fois que des cochons, comme les chasseurs les appellent sont aperçus en balade urbaine à Montpellier, mais jusqu’à présent, ils venaient chercher de la nourriture dans les quartiers périphériques, notamment aux portes nord, du côté d’Euromédecine, de la Lyre, d’Agropolis, de Juvignac ou encore du Millénaire.

Des riverains ont photographié en pleine nuit des hardes de sangliers dans la cité de la Mosson-la Paillade et aux Hauts-de-Massane en train de manger sur la voie publique après avoir renversé des containers, au bas des résidences. D’autres images ont été prises en plein jour à des stations de tramway de la ligne 1, à la Mosson, montrant des cochongliers apprivoisés -mélange entre un sanglier et un cochon domestique-,notamment des femelles avec ses bébés.

Urbanisation galopante

La présence de sangliers dans les villes est consécutive à l’urbanisation galopante. Les agglomérations, comme Montpellier grignotent de plus en plus les espaces verts composés de champs, de garrigue et de forêt, où les constructions s’étendent, perturbant ainsi la vie des sangliers dans son territoire naturel.

En période de chasse, déboussolés par les tirs et les traquent les sangliers se réfugient dans les villes. La nuit, ils provoquent des accidents sur les routes de l’Hérault. Reste que c’est la première fois que la présence, inattendue, de sangliers a été constatée dans le centre-ville de Montpellier.