La police enquête.

Réputé comme étant un véritable supermarché de la drogue à ciel ouvert 24h sur 24, le lotissement de la communauté gitane sédentarisée des Marels, dans le quartier du Millénaire, à Montpellier est régulièrement placé sous étroite surveillance par les policiers de la Sécurité publique. Mardi, ils ont investi les lieux.

- PUBLICITÉ -

Mardi, les policiers de la brigade anticriminalité et de la brigade des « stups » de la sûreté départementale de l’Hérault, en planque discrète autour d’un accès principal au lotissement des Marels, ont aperçu quatre clients venant s’approvisionner en cocaïne, en herbe et en résine de cannabis. Quand ils sont ressortis, ils ont été contrôlés et la drogue, plusieurs grammes au total qu’ils avaient sur eux a été saisie.

Quatre dealers

Dans la foulée, les policiers venus en nombre ont investi la cité pavillonnaire et ont interpellé les quatre dealers présumés désignés par les clients venus acheter leur drogue. Deux jeunes adultes et deux adolescents ont été placés en garde à vue au commissariat central pour les besoins de l’enquête.

Les policiers ont procédé à la perquisition des domiciles familiaux, avant de s’intéresser à des voitures désossées, des épaves immobilisées dans un coin du lotissement. En fouillant les carcasses, ils ont découvert 400 grammes de cocaïne, d’herbe et de résine de cannabis et environ 500€, provenant du trafic.

Manèges suspects

Ces carcasses de voitures servaient de cache aux trafiquants. Les deux majeurs ont été déférés ce soir au parquet de Montpellier, les deux mineurs ont fait l’objet d’une convocation pour se rendre ultérieurement au cabinet d’un juge des enfants.

Selon nos informations, des manèges suspects se déroulent quotidiennement, jour et nuit, autour du lotissement des Marels. Les consommateurs d’herbe et de résine de cannabis, de cocaïne principalement -on peut acheter d’autres produits illicites, selon les arrivages- pénètrent dans ce supermarché à ciel ouvert directement en voiture, ou stationnent les véhicules à l’extérieur pour approcher les dealers à pied.

C’est le même phénomène qui est observé dans la cité Gély, au faubourg Figuerolles, autre haut lieu du trafic de drogue à Montpellier.