Encagoulés et vêtus de noir comme les Panthers, des groupes de « Black Blocs » ont joué les casseurs ce samedi après-midi, en marge de la manifestation sociale qui a rassemblé entre 800 et un millier d’Héraultais, dans les rues de Montpellier. Ils ont volontairement vandalisé des commerces, des boutiques et des façades de banques, fermées par les gérants et propriétaires, informés depuis vendredi que des incidents risquaient de se produire.

- PUBLICITÉ -

Vitrines brisées, étoilées, taguées, distributeurs bancaires cassés, panneaux renversés, mobilier urbain incendié, tel est le spectacle qui s’offre ce samedi à 17h sur le boulevard du Jeu-de-Paume, où presque tous les magasins ont été la cible des casseurs.

Commerçants en colère

La Grand’rue Jean Moulin et la place de l’Observatoire ont également été visés. Des plaintes vont être déposées rapidement au commissariat de police par des commerçants excédés et qui ne décolèrent pas. Ce soir, l’heure pour eux est à l’inventaire et au chiffrage des dommages à leurs biens.

Le phénomène du « Black Bloc » -né en 1999 aux USA- est apparu en France lors des premiers affrontements dans le conflit du projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, en Bretagne. Les « Black Blocs » désignent des antifascistes encagoulés et vêtus de noir qui sont solidaires des zadistes  et qui s’affichent ouvertement comme des anti-flics.

Des groupes qui soutiennent l’action des zadistes qui refusent d’être expulsés actuellement du site assiégé de Notre-Dame-des-Landes étaient présents ce samedi après-midi, non loin du cortège des manifestants devant les Jardins du Peyrou, où des policiers de la Sécurité publique et des CRS avaient pris position.

Ce soir, Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de la métropole condamne ces violences et annonce qu’une plainte contre X sera déposée.

>> Le tweet de Philippe Saurel

>> Le reportage sur le Jeu-de-Paume


Tags sur des façades de magasins. Photo JMA. Métropolitain.

Tags et vitrines brisées. Photo JMA. Métropolitain.

Un DAB en piteux état. Photo JMA. Métropolitain.

Après le passage des casseurs. Photo JMA. Métropolitain.

 
La CCI avait prévenu les commerçants. Photo JMA. Métropolitain.