Un Montpelliérain de 24 ans a été expulsé manu-militari par des agents de sécurité d’une boîte de nuit de la rue d’Alger, à Montpellier, vers 3h, en début de semaine, au motif qu’il était alcoolisé. Il a été violemment poussé dehors.

- PUBLICITÉ -

Mécontent, le client a contesté être en état d’ivresse et avoir cherché des noises à l’intérieur de la discothèque, comme il l’a fait savoir à un agent de sécurité -qui en fait n’était pas portier- qui se trouvait à l’extérieur, sur le trottoir. Celui-ci, âgé de 30 ans n’a pas apprécié l’attitude du jeune montpelliérain, qui a été jeté à terre, tabassé, avant de recevoir une forte dose de gaz lacrymogène au visage.

Caissier et pas portier

Il a été hospitalisé au CHU Lapeyronie, avec notamment les lèvres ouvertes, qui ont été recousues. À sa sortie de l’hôpital, il s’est rendu au commissariat central pour déposer plainte contre le « portier » pour violences volontaires. Les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault ont identifié et entendu des témoins, qui ont assisté à la scène. Certains ont indiqué avoir été choqués par ces violences. Et qui ont confirmé que la victime avait été rouée de coups et gazée par un agent de sécurité. Il a été placé en garde à vue jeudi.

En récidive

Les enquêteurs ont découvert qu’il était embauché par la direction de la discothèque comme caissier et non comme portier. En effet, le trentenaire n’est pas titulaire de la carte professionnelle de la profession d’agent de sécurité. Autre découverte : une condamnation pour violences volontaires sur un consommateur d’une boîte de nuit d’ici figure déjà à son casier judiciaire. Il a donc agi en état de récidive.

Il a été déféré ce vendredi après-midi au parquet de Montpellier.