Comme Métropolitain l’a révélé ce mercredi, des actes de vandalisme et des piratages ont mis hors circuit les serveurs informatiques de l’Université de l’UM3, Paul Valéry, à Montpellier. Ce soir, le préfet de l’Hérault et la Rectrice de l’académie de Montpellier, « expriment leur indignation ».

- PUBLICITÉ -

« La salle des serveurs informatiques de l’Université Paul Valéry à Montpellier a été saccagée et vandalisée par un groupe d’individus, mettant en péril le fonctionnement de l’Université. Le préfet de l’Hérault, et la rectrice de l’académie de Montpellier, condamnent avec la plus grande fermeté ces actes de délinquance et de violence intolérables », ajoutent t-ils.

Enquête de police

Une enquête a été diligentée immédiatement par les policiers de la Sécurité publique. La sûreté départementale de l’Hérault est saisie. Des techniciens du Service régional d’identité judiciaire -SRIJ- de Montpellier sont sur place pour des relevés scientifiques.

« Il est inadmissible que quelques individus bloquent et portent préjudice à l’ensemble des personnels de l’Université ainsi qu’à des milliers d’étudiants qui, dans leur très grande majorité, souhaitent préparer et passer sereinement leurs examens. Les services de l’État sont mobilisés avec l’Université, afin de garantir aux étudiants que leurs examens du second semestre se tiendront dans les meilleures conditions », déclare Pierre Pouëssel, le préfet de l’Hérault.

Référé-suspension examiné lundi

Par ailleurs, un recours contre les modalités d’examen jugées illégales à l’Université Paul Valéry par les associations et collectifs Solidaires étudiant-e-s Montpellier et Sud éducation 34 a été déposé. Ils ont saisi le tribunal administratif de Montpellier d’une procédure en référé-suspension à l’encontre des modalités d’examen mises en place en méconnaissance des compétences du CEVU -Conseil des études et la vie universitaire- des règles d’anonymat des copies et des garanties de travail personnel des étudiants.
Le tribunal administratif de Montpellier a fixé l’examen de ce référé-suspension à l’audience de ce lundi 16 avril, à 14h30.