A9 : environ une tonne de résine de cannabis saisie, deux policiers blessés

Selon le quotidien régional La Provence qui révèle l’information, 950 kilos de résine de cannabis ont été saisis, lors de l’interception spectaculaire après une course-poursuite, d’un go fast sur l’autoroute A9. Deux policiers ont été légèrement blessés.Un convoi arrivant d’Espagne, à destination de Marseille a été pris en chasse mercredi sur une route nationale à Sigean, dans l’Aude, avant de s’engager sur l’autoroute A9 et d’être intercepté à la hauteur de Nîmes. Il semble que trois véhicules aient été utilisées par les convoyeurs, mais seuls deux véhicules ont été stoppés. Un des conducteur a réussi à s’enfuir à pied et reste introuvable, ce vendredi.Un complice a pu être interpellé par les enquêteurs du Service régional de police judiciaire -SRPJ- de Marseille, en charge de l’enquête et de l’opération avec le SRPJ de Montpellier, dont la brigade de recherche et d’intervention -BRI, ex-anti-gang-, non sans mal : une voiture de police a été volontairement percutée et deux policiers ont été légèrement blessés. À bord d’un des véhicules, les policiers ont saisi 780 kg de cannabis.

Sur une aire de repos du Gard

La rocambolesque course-poursuite digne d’un polar engagée à Sigean s’est achevée sur une aire de repos aux portes de Nîmes, où le convoyeur et un complice -un trentenaire et un quadragénaire- présents dans la seconde voiture du go fast ont pu être arrêtés.
Le véhicule recélait une vingtaine de kilos de résine de cannabis, ce qui porte la saisie en deux fois à 950 kilos, soit presque une tonne de cannabis importée du Maroc, via l’Espagne, à destination des cités Nord de Marseille. Les enquêteurs ont récupéré un pistolet de calibre 9 mm, des munitions et un fusil à pompe.

150 kilos en mars

- PUBLICITÉ -

Les suspects marseillais étaient placés sous discrète surveillance par le SRPJ de Marseille depuis la découverte, début mars, de 150 kilos de résine de cannabis à bord d’une voiture, dans la commune de la Penne-sur-Huveaune, entre Marseille et Aubagne. Une saisie réalisée par des policiers municipaux d’Aubagne.perspicaces. Les policiers de la PJ marseillaise ont établi un lien entre cette saisie, le mois dernier et le go fast intercepté en milieu de semaine.
La garde à vue des trafiquants présumés peut durer 96 heures.